Cher le coaching? oui ! Nombreux sont ceux qui y réfléchissent à deux fois avant de plonger la main dans le portefeuille. Le coaching représente un budget, surtout pour des personnes en début d’activité ou en situation professionnelle instable. Certaines d’entre elles sautent pourtant le pas, alors que d’autres aux revenus confortables hésitent à se lancer. Que se passe t-il alors? Que cache la question du coût financier ? Comment déterminer si « ça vaut le coup » de faire un coaching ?

Lors d’un premier entretien, les yeux de Cécile s’arrondissent légèrement à l’évocation du prix du coaching. « Ah oui, c’est cher… ». Elle se reprend aussitôt: « enfin, je ne veux pas dire que c’est cher pour ce que c’est, je comprends bien tout le travail qu’il y a derrière, mais… c’est un budget quand même… »

« C’est cher », on le dit bien souvent, sans penser à ce que cela signifie réellement pour nous.

Il y a le « c’est cher »… par rapport à mon budget. Quand les fins de mois sont difficiles, s’offrir un accompagnement peut sembler superflu. Et il y a le « c’est cher »… pour ce que c’est. Ou plutôt, par rapport à l’image qu’on s’en fait. « Si c’est pour m’aider à avancer dans ma to do list, ce n’est pas la peine ».

Le coach vous explique qu’il n’est pas là pour vous apporter des solutions, qu’il s’engage sur des moyens et non sur des résultats, et que c’est vous qui trouverez vos propres solutions … mais finalement, qu’achetez-vous si vous vous payez un coach ?

Définir ce qui est précieux

Vous achetez une démarche, un cadre dans lequel inscrire votre cheminement. Qu’il s’agisse de résoudre un problème, de réfléchir au sens à donner à votre vie professionnelle, de travailler à l’amélioration de vos pratiques, ces changements ont besoin de temps et d’un espace de réflexion pour se matérialiser. Le temps, la pause que l’on ne prend jamais, happés par nos diverses activités, se concrétise dans une séance de coaching. Quant à l’espace ouvert, il permet de déposer ce qui encombre, et d’ouvrir une fenêtre sur d’autres possibles. Comment ça marche? Le coach adopte une posture professionnelle dans un cadre déontologique précis. Il fait superviser sa pratique et continue à se former. Oui, ce temps a un coût pour le coach aussi !

Maintenant que vous avez une idée de ce qui se cache derrière le coût du coaching, la question devient : êtes-vous prêt(e) à payer pour cela? Autrement dit, est-ce que cela va vous aider à atteindre votre objectif ou à répondre à un besoin ?

Investir et s’investir

« Je n’ai plus peur » lâche Bérengère à la fin d’une séance. La « montagne » que représentait pour elle son projet « n’est plus », me dit-elle à la fin du coaching. Elle l’a franchie « par paliers ». Elle qui avait un objectif bien défini avait besoin de mettre des balises sur son parcours. Ce besoin satisfait, elle a réalisé son projet avec succès.

« Je vais y réfléchir » répond régulièrement Jean.  Pour lui le coaching représente un lieu « à part » propice au questionnement et à la prise de recul. C’est aussi un lieu pour exprimer ses préoccupations, clarifier ses idées, ouvrir des perspectives. Au bout de quelques mois, la décision de quitter son poste pour la création d’une activité lui a paru évidente.

Si l’investissement financier est le même, chacun s’investit à sa façon dans le coaching et y trouve – ou pas – ce dont il a besoin. Investir dans un coaching c’est déjà croire qu’il rendra quelque chose possible. C’est encore se donner les moyens d’accéder à quelque chose de précieux, à quoi vous accordez une valeur.

Choisir le bon moment

La réponse à la question « suis-je prêt à payer pour cela? » peut être négative. Parce que le besoin ou le projet n’est pas mûr, parce que d’autres priorités occupent votre vie, parce que… Autant de raisons légitimes, qui ont finalement peu à voir avec le coût lui-même, mais qui sont importantes à prendre en considération.

Caroline à mis plus d’un an entre ses premières réflexions et son engagement dans un coaching. De « c’est trop cher » à « je n’ai pas le temps » en passant par « mais en ce moment je lis un super livre qui me fait bien avancer », elle est passée par de multiples étapes, toutes utiles à la maturation de son besoin. Elle en convient aujourd’hui : « je n’étais pas prête, je ne savais pas vraiment ce que j’attendais. Aujourd’hui je sais pourquoi je me lance dans cette démarche : j’ai besoin de faire le point sur ma carrière avec quelqu’un d’extérieur qui va éclairer ce que je ne vois pas moi-même ».

Conclusion

Alors certes, le coaching représente un budget. Il représente aussi la parenthèse nécessaire, le temps de réflexion, d’écoute et d’échange qui peut faire toute la différence. Si la question « combien ça coûte » surgit en premier lieu, vous pouvez aussi vous demander : « combien ça me coûte si je ne le fais pas ? ». Soupeser le coût du coaching c’est déjà interroger la valeur même de ce que vous souhaitez y déposer, déplier, démêler parfois. C’est déjà envisager l’après, ouvrir le champ des possibles et investir sur l’avenir. Alors prenez le temps de réfléchir à ce que ce temps privilégié pourrait faire fleurir. Et si finalement ce n’était pas du luxe ? Vous seul avez la réponse ! Dans tous les cas vous avez commencé à travailler…

Rédigé par :

Isabelle Lafond & Laurène Bregeault

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s